BIOGRAPHIE

Après toutes ces  années passées dans le milieu à côtoyer de nombreux artistes, Dragon Davy (Soundkaïl) en a profité pour inviter ses compères et ainsi proposer un cocktail explosif de titres sous forme de combos, featurings ou de track solo. Cela faisait longtemps qu'on n’avait pas eu autant d'enthousiasme pour un projet collectif francophone, comme le dit si bien Dragon : "On se dit ensemble mais finalement chacun s’active dans son camp. On chante l’unité mais chacun le fait dans son coin. Mon "Dragon & Friends" est bien la preuve qu'on peut faire ensemble". Le projet à été réalisé par Dragon Davy lui-même en collaboration avec Dj RedEyes (RKF Production) et Reego. Une association qui existe depuis bien longtemps et qui se réjouit de pouvoir enfin proposer au public cet album-concept.

Le projet rassemble différents univers musicaux autour du reggae, du ragga et du hip hop. Un tout métissé avec des sonorités actuelles entre acoustique et digital. On retrouve des beatmakers comme Dany Synthé, Reego, Street Rockaz, Dj Redeyes, Kyderone ou encore Sarmatt.

Au micro se succèdent de nombreux artistes qui ont toujours entretenus des liens privilégiés avec Dragon Davy. C’est ainsi que l’artiste parvient à réunir au tracklisting : Pierpoljak (aka La force tranquille) sur "Kick On Kick It" un titre aux accents new roots, Ilements et l’espoir du reggae français Naâman pour un track ragga-hiphop explosif "Rise Up". Un reggae oldies "Not Condamned" avec Balik (Danakil), Brahim & Val. Un ragga-boggle brûlant avec le bien nommé "Coup de Coutla" rassemblant Tiwony Jamadom & Fdy Fenomen. Ayant déjà fait ses preuves par le passé, on ne pouvait passer à coté d’une nouvelle collaboration entre Dragon Davy et Toma où la complicité se fait sentir sur une prod signée Reego (Soundkaïl) qui ouvre l’album avec "Le Monde N’Arrête Pas De Tourner".

Les combinaisons sont ici précises, choisies et quasi toutes inédites, mention spéciale pour le casting présent sur One More Time où l’on retrouve Dragon Davy aux côtés des Nèg’ Marrons, Lyricson, Kenyon et également Sir Samuel ! On remarquera aussi la présence de l’artiste à découvrir Solaion que l’on retrouve en featuring sur 2 morceaux (bonus-tracks) clôturant l’album. Jusqu’ici peu connu, c’est encore une pépite bourrée de talents que Dragon a eu l’occasion de croiser lors d'un de ses concerts à Saint-Etienne (ville natale de Solaion) et a tout de suite été captivé par sa voix et son aisance. Rapidement convaincu par son potentiel, Dragon Davy lui propose de composer à quatre mains (avec DJ RedEyes à la production). 25 titres vont s’enregistrer avant que Solaion ne choisisse d’emprunter un autre chemin de vie que celui de la musique. Respectant son choix, Dragon lui propose de faire vivre trois de ses morceaux en les plaçant sur ce projet collectif.

Retour sur un parcours singulier !

Il s'en est passé des rencontres et des featurings depuis que Dragon Davy a croisé la route d’Artikal Mehdi sur les bancs de l'école. Ces deux "gars du 94" vont vite se trouver une passion commune pour le micro et ne le lâcheront plus. 1995, 1996, le Rap, le Reggae, la déferlante Dancehall connaissent une période dorée en France, encadrés par NTM ou IAM qui ouvrent la voie à toute une génération de dignes porte-paroles du "ghetto system" comme Raggasonic ou Tonton David pour ne citer qu'eux. Dragon Davy et Artikal Mehdi baptisent leur duo SOUNDKAIL... Pour ne rien gâcher, ils ont leur son, leur flow et se font systématiquement remarquer par leurs apparitions, notamment sur des compilations historiques comme "Sachons Dire Non" I et II ou autre "L'Univers Des Lascars".

Premier maxi "Attentat" le 6 juin 2000 et franc succès commercial pour très vite livrer un premier album officiel "Racaille Sound System" qui sortira le 19 octobre 2000. Soundkaïl s’attaque aux salles de concerts et enchaine alors les dates partout en France ! Garance Reggae Festival en 2000, 1ères parties des Neg'Marrons (pour la tournée "Le Bilan") et ils iront même jusqu'en Pologne. Après le tourbillon de ce premier album, le groupe est indéniablement une valeur sûre à l’énergie scénique communicative. Ils multiplient logiquement les featurings et participations à divers projets et travaillent aux cotés d'Akhenaton ou encore de Rohff. Dragon Davy se retrouve souvent invité en solo et apparaît brillamment sur l'album de Rohff « Au Delà De Mes Limites » comme sur sa mixtape "Le Code De L'Horreur". En 2007 sort le street-album collectif "J'Arrive" avec AP du 113, Mac Tyer, Blacko de Sniper, les Neg’Marrons ou encore Mr Toma. Porté par le soutien incontestable d'un public conquis mais aussi par un ami de longue date Sébastien Farran (aka Terror Seb à l’époque) qui lui servira sur un plateau l'ouverture du show du grand retour du Suprême NTM à Paris-Bercy et en province en 2008. Il excelle sur scène avec un flow exceptionnel et brûle les planches avec des fast-styles dont lui seul a le secret.

2010 annonce pour Dragon une ère plus mature avec la sortie de son album "Pyroman Dragon" chargé en bombes dancefloor, à la croisée parfaite du dancehall et du rap français ! Dix ans après "Attentat" et "Jeunes Solidaires", Dragon Davy revient sur tous les thèmes qui lui sont chers et qui l'inspirent, mais manifestement ce "haut parleur du ghetto paradise" se fait aujourd'hui plus mélancolique, ayant pris un certain recul. Même si "Pyroman Dragon" est une ode à l'ego-trip comme il les aime, sa plume est désormais plus fine. Avec "94 HLM", il aborde un sujet d'actualité avec un parti pris étonnant, décalé, là où on ne l'attend pas. C'est le cas aussi de "United Country", fruit d'une collaboration avec Soprano où il nous touche sans conteste, juste avant de nous convaincre à 100 % lorsqu'il se dévoile encore un peu plus avec "Partir".

En cette année 2013, Dragon Davy crée Son propre label "Néoblock" et démarre son propre catalogue en co-production avec RKF Production pour enfin présenter au public, cette réunion au sommet : "Dragon & Friends".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire